présentation | caractéristiques | Oeuvres | nouvelle vague | Bibliographie | annexes

Présentation du mouvement

La Naissance du Nouveau Roman:

Dans les années cinquante, toutes les formes d'expressions classiques que sont le théâtre, le cinéma, les romans et autre, sont touchées par des contestations.

Cette "crise" artistique, littéraire, culturelle, est avant tout un renouvellement, on voit apparaître puis s'affirmer des écrivains réellement originaux  et un mouvement : le nouveau roman.  Le nouveau roman a été à ses débuts, l'expression d'une crise, rupture dans les valeurs romanesque par rapport à la tradition réaliste du XIXe siècle.

 Ces romanciers bouleversent les codes narratifs traditionnels, pour les  désigner on a parler de "nouveau roman"mais le terme  bien souvent a été contester par les protagonistes de celui-ci. Ils portent leur attention sur les problèmes de l'écriture et de la narration.

Il s'est alors formé un groupe autour d'un même éditeur, les éditions de Minuit et son patron jérôme Lindon,  ce qui, au moins au départ, est le signe d'une positions littéraire marginale par rapport à la tradition que représente Gallimard.

Malgré la rupture, il existe néanmoins des précurseurs, des modèles dont se réclameront les nouveaux romanciers: james Joyce, Franz Kafka, Raymond Roussel, Flaubert, des romanciers russes et anglais, Samuel Backett.

Il n'y a pas d'acte de naissance du mouvement. En 1953, la publication des Gommes de Robbe-grillet,  et l'attribution du prix Fénéon l'année suivante donne le coup d'envol de ce mouvement.

Il est nécessaire de constater que ce groupe n'a jamais constitué une école, les écrivains gardaient une certaine indépendance mais se retrouvaient lors de réunions, de colloques, d’interviews. Il n'a pas eu de chef aussi incontestable que breton chez les surréalistes par exemple et ni de manifeste réellement collectif. Le groupe peut être considéré comme avant-gardiste et plutôt élitiste.  

La pratique précède la théorie. On pourrait définir  le Nouveau Roman par une volonté de recherche toujours renouvelée.  Ses principaux représentants élaborent tout de même rapidement des textes théoriques qui ont pour thème principal le refus communs.  On trouvera ainsi des recueils de textes théoriques qui ressembles plutôt à des essais et des textes de réflexions: L'Ere du Soupçon 1956, de Nathalie Sarraute, Pour un Nouveau Roman 1963, d'Alain Robbe-Grillet et Essais sur le roman 1964, de Michel Butor. il en existe d'autre plus tardifs, de jean Ricardou dans les années 70 mais on parle déjà alors de Nouveau Nouveau Roman.  On voit aussi l'avènement de  critiques célèbres comme Barthes, Goldman.  

 

 

Le "Nouveau Nouveau Roman" :

Il s'agit d'une évolution du Nouveau Roman, et correspond à la période subversive des années 60. Les écrivains du courant radicalisent leur propos, leurs fictions prennent une structure formelle.  

Formalisme, respect scrupuleux des formes, des formalités. Tendance à privilégier les valeurs formelles au détriment du contenu.

Jean Ricardou est alors l'auteur le plus actif. C'est lui qui écrivit que c'est "l'aventure de l'écriture "et non plus "l'écriture d'une aventure".  

L'influence du nouveau roman:

le Nouveau Roman a joué un rôle novateur dans la littérature française des années 1960-1970 et influencé des écrivains qui ne participèrent pas au mouvement: le Clézio, Pérec...

L'influence  est internationale, en Suisse, au Quebec, certains membres devinrent professeurs de grandes universités américaines.  Mais dans aucun des pays, le Nouveau Roman n'a donné naissance à un mouvement calqué sur l'exemple français.

l'essoufflement  à partir de 1970 et les dérives du Nouveau Roman:

Le Nouveau Roman perd du terrain au profit d'un renouveau du roman traditionnel, chez Tournier par exemple. Le groupe se désunit,  Robbe-grillet prend ses distances avec le Nouveau Roman, dans le miroir qui revient en 1984 . Nathalie Sarraute écrit son autobiographie dans Enfance en 1983.  Mais ce n'est pas le  cas de tous les romanciers, Butor, Simon, Pinget, Ollier poursuivent.

Le Nouveau roman a reçu en 1998 le prix Nobel attribué à Claude Simon.

L'histoire du Nouveau Roman n'est pas terminée. Les initiateurs encore en vie poursuivent leur oeuvres et des auteurs plus jeunes cherchent les voies d'un "Nouveau Nouveau Roman".